Florilettres

Édito novembre 2020. Par Nathalie Jungerman

23e édition du prix Wepler-Fondation La Poste

23e édition du prix Wepler-Fondation La Poste
Édito

Le jury de la 23e édition du Wepler-Fondation La Poste, présidé par Marie-Rose Guarnieri, a attribué le prix à Gregory Le Floch, pour son roman De parcourir le monde et d’y rôder, paru chez Christian Bourgois, et la mention spéciale à Muriel Pic, pour Affranchissements, publié aux éditions du Seuil. Douze romans de la rentrée littéraire étaient en lice. La soirée de remise prévue le 2 novembre à la brasserie Wepler n’ayant pu avoir lieu, l’événement a été célébré en comité restreint et enregistré. La Librairie des Abbesses, la brasserie Wepler, la Fondation La Poste et les membres du jury dévoilent aujourd’hui, lundi 23 novembre, les lauréats 2020.
Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales, Muriel Pic enseigne à l’Université de Berne. Écrivain, critique littéraire et traductrice de l’allemand, elle est aussi collagiste et vidéaste. Après deux essais – l’un consacré au désir chez Pierre Jean Jouve, l’autre à W.G. Sebald – et un ensemble de poèmes intitulé Élégies documentaires, elle publie un récit singulier où s’entremêlent poésie et archives familiales.
Dans son deuxième roman – le premier, Dans la forêt du hameau de Hardt, est sorti en 2019 aux éditions de l’Ogre –, Grégory Le Floch met en scène un personnage qui tente, non sans frénésie, d’identifier une chose ramassée sur le trottoir. Guidé par la nécessité de donner un sens à ce qu’il a trouvé, le narrateur interroge des passants, erre dans la ville et décide d’obtenir des réponses. Chaque nouvelle rencontre, toujours plus extravagante et fantasque, lui offre une interprétation différente, et le conduit à voyager, à parcourir le monde, à s’installer, puis à repartir pour d’autres aventures… Un texte où l’humour et l’absurde se mêlent à une étrange mélancolie. Entretien avec Grégory Le FLoch.


VIDÉO DE LA REMISE DU PRIX WEPLER-FONDATION LA POSTE 2020