Florilettres

Agenda novembre-décembre 2019

édition novembre 2019

édition novembre 2019
Agenda

Manifestations soutenues par la Fondation La Poste

EXPOSITIONS

Exposition « Prison, au-delà des murs »
Du 18 octobre 2019 au 26 juillet 2020

Musée des Confluences à Lyon

L’exposition « Prison, au-delà des murs » a pour objectif de rendre sensibles les enjeux actuels de la détention, à travers l’histoire de la prison et sa réalité contemporaine. C’est un sujet très peu traité dans les musées.
Cette création originale co-produite par le musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de Genève, le Deutsches Hygiene-Museum de Dresde et le musée des Confluences sera présentée successivement dans chaque institution (du 5 février 2019 au 19 août 2019 à Genève et du 25 sept 2020 au 30 mai 2021 à Dresde). Les singularités de chaque lieu contribueront à enrichir l’approche pluridisciplinaire de ce fait sociétal actuel : la détention.
Quelle est la réalité des prisons aujourd’hui ?
L’exposition propose une réflexion sur notre système pénitentiaire hérité du 18e siècle. Conçue de manière immersive, elle explicite, par le biais de récits d’anciens détenus mais aussi de représentations de notre imaginaire collectif, le paradoxe selon lequel la prison isole l’individu pour le punir et protéger la société, tout en visant à sa réinsertion. Un parcours parallèle invite à explorer, par le théâtre, le quotidien des détenus.
La présentation s’attache à montrer l’importance primordiale de l’écriture et lui accorde une place particulière : c’est d’abord grâce à la correspondance que le visiteur découvre le lien nécessaire entre le « monde du dedans » et le « monde du dehors », ainsi que le dialogue intérieur des détenus entretenu dans les journaux intimes. L’exposition montre ensuite comment jaillit la création dans la contrainte de l’enfermement, en présentant les œuvres littéraires de plusieurs auteurs ayant écrit en prison. Certains comme Verlaine ont évoqué leur expérience en tant que prisonniers, d’autres ont écrit à partir de leur expérience, sans qu’elle en soit forcément le sujet. Des bornes d’écoute permettent d’appréhender une dizaine d’extraits, et 200 œuvres sont présentées, comme un mur, pour donner un aperçu plus large de la richesse de la création littéraire en prison.
Enfin, pour la présentation lyonnaise de l’exposition, le musée des Confluences propose d’explorer la porosité entre l’univers carcéral et l’extérieur, à travers une création théâtrale originale. Co-écrite avec le Théâtre Nouvelle Génération et l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, cette création invite le spectacle vivant au sein du musée. Toutes ses thématiques sont soumises au prisme de l’art dramatique pour offrir au visiteur une expérience sensible et immersive. De courtes scènes, issues de textes dramatiques existants ou créés, soumettent le spectateur aux sensations qui se jouent autour de la détention. Grâce au théâtre optique, reposant sur un principe d’illusions et d’hologrammes, couplé à la présence ponctuelle d’interprètes en direct, cette expérience théâtrale sera accessible pendant toute la durée de l’exposition.

Musée des Confluences - exposition

.........................

Figure d’artiste
Du 25 Septembre 2019 au 29 Juin 2020

Louvre, Paris

Affiche exposition figure d'artiste

La Petite Galerie du Louvre propose, pour sa 5ème saison, une exposition intitulée « Figure d’artiste », avec le soutien de la Fondation La Poste. Elle accompagne le cycle d’expositions que le musée consacre en 2019-2020 aux génies de la Renaissance : Vinci, Donatello, Michel-Ange ou Altdorfer.
C’est à la Renaissance que l’artiste affirme son indépendance et cherche à quitter le statut d’artisan pour revendiquer une place particulière dans la cité. Cette invention de la figure de l’Artiste a cependant une histoire plus ancienne et complexe que l’ampleur des collections du Louvre permet de mesurer, des premières signatures d’artisans dans l’Antiquité aux autoportraits de l’époque romantique. La signature, l’autoportrait, l’invention du genre de la biographie d’artiste servent son dessein : mettre en images les mots et accéder à la renommée accordée aux poètes inspirés par les Muses. En France, l’Académie royale de peinture et de sculpture et le Salon, première exposition temporaire d’art contemporain, apportent, sous le regard de la critique, la reconnaissance et les commandes aux artistes avant qu’ils ne soient consacrés par leur entrée au musée. C’est ainsi que le lien ancien entre les arts visuels et les textes a conduit à inviter, cette année, la littérature pour un dialogue fécond entre textes et images.

Commissaires : Chantal Quillet, agrégée de lettres classiques, et Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre.
Chef de projet : Florence Dinet, musée du Louvre.

Catalogue de l’exposition, sous la direction de C. Quillet et J.-L. Martinez, assistés de F. Dinet. Coédition musée du Louvre éditions/Le Seuil.

..........................

Giono
Du 30 octobre 2019 au 17 février 2019
Mucem, Marseille

À la veille des commémorations du cinquantenaire de sa disparition, le Mucem présente une grande rétrospective consacrée à Jean Giono (1895-1970). Loin de l’image simplifiée de l’écrivain provençal, cette exposition suit le trajet de son œuvre écrite et filmée en lui rendant toute sa noirceur, son nerf et son universalité. Poète revenu des charniers de la Première Guerre mondiale, Giono s’est en effet autant attaché à décrire la profondeur du Mal qu’à en trouver les antidotes : création, travail, pacifisme, amitié des peintres, refuge dans la nature, évasion dans l’imaginaire.
Pour donner chair à l’un des artistes les plus prolifiques du XXème siècle, la quasi-totalité de ses manuscrits, exposée pour la première fois, entre en dialogue avec près de 300 œuvres et documents : archives familiales et administratives (dont celles de ses deux emprisonnements), correspondances, reportages photographiques, éditions originales, entretiens filmés, ainsi que tous les carnets de travail de l’écrivain, le manuscrit de son Journal de l’Occupation, les films réalisés par lui ou qu’il a produits et scénarisés, les adaptations cinématographiques de son œuvre par Marcel Pagnol et Jean-Paul Rappeneau, les peintures naïves du mystérieux Charles-Frédéric Brun qui lui inspira Le Déserteur, et les tableaux de ses amis peintres, au premier rang desquels Bernard Buffet.
En écho à ces traces matérielles de la vie et de la création, l’exposition explore la symbolique cachée au plus profond de l’œuvre de l’écrivain à travers quatre installations d’art contemporain, créées spécialement pour ce projet.
Commissariat :
Emmanuelle Lambert, écrivaine, auteure de Giono, furioso (Stock, septembre 2019)
Conseil scientifique :
Jacques Mény, président de l’Association des amis de Giono
Scénographie :
Pascal Rodriguez

couverture du catalogue de l'expo Giono

Catalogue en coédition avec les Éditions Gallimard.
Édition publiée sous la direction d’Emmanuelle Lambert. Préface de J. M. G. Le Clézio.
Avec le soutien de la Fondation La Poste. Sortie le 20 octobre 2019.

Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
7 promenade Robert Laffont (esplanade du J4)
13002 Marseille

MUCEM


Spectacles-lectures

Visuel de la soirée des 40 ans des éditions Verdier au Studio Raspail, Paris

Les Soirées de la Fondation au Studio Raspail
Le 10 décembre :  « 40 ans des Éditions Verdier »

Soirée festive, à l’occasion des 40 ans des éditions Verdier (en partenariat avec la Fondation La Poste), en présence des auteurs Anne Pauly et Patrick Autréaux, à partir de 19h.

Lectures par Pauline Jambet, avec accompagnement musical au piano par Delphine Dusseaux.
Animation par Alain Nicolas.

Studio Raspail
216 boulevard Raspail
75014 Paris

(Sur invitation)

.........................

Correspondance 1933-1934 d’Anaïs Nin et Henry Miller,
Deux-Sèvres, Paris et Bruxelles, 2019-2020
Association Garçon pressé

Adaptation par Joana Preiss et Olivier Martinaud des deuxième et troisième volets de la Correspondance d’Anaïs Nin et Henry Miller portant sur les années 1933-1934, après un premier volet (1932) créé au Marathon des mots, à Toulouse en juillet 2018.

Première lecture à Brioux-sur-Boutonne dans les Deux-Sèvres en juin 2019

Récit d’un amour fou, qui fait place peu à peu à la tendresse, la correspondance d’Anaïs Nin et Henry Miller exprime la bienveillance constante qui anime la relation entre ces deux écrivains d’exception. Lettre après lettre, on suit l’évolution de leurs rapports au fil des années tout en assistant à des échanges passionnants sur le devenir de leur œuvre et le sens de l’écriture. Deux personnages exceptionnels, sans complaisance l’un envers l’autre, unis dans une fidélité essentielle, physique, matérielle et littéraire. 

Présentation de cette trilogie, sous forme de feuilleton épistolaire

Affiche du spectacle sur la correspondance Anaïs Nin et Henry Miller

à la Maison de la Poésie : une date par épisode : les 10, 14 et 18 décembre à 20h00.

Date à définir au Studio Raspail en 2020

Représentation à Bruxelles à la Fondation Thalie en 2020

http://www.facebook.com/garconpresse


Prix littéraires

Prix des Postiers Écrivains - 5ème édition
Janvier 2020

Faire émerger les talents. C’est le mot d’ordre du Prix des Postiers Écrivains, voulu par le Président du Groupe et créé par la Fondation d’entreprise La Poste. Ce prix littéraire est ouvert à tout éditeur qui a, au cours des trois dernières années, publié un ouvrage écrit en langue française par un postier.

Remise du Prix en janvier 2020 par le Président lors de la cérémonie des vœux.


Associations

Association pour l’Autobiographie et le patrimoine Autobiographique, APA, de 2019 à 2021

L’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique, créée en 1992, a pour objectif principal la collecte, la conservation, la valorisation des documents autobiographiques inédits (récits, correspondances, journaux) qu’on veut bien lui confier.

Aujourd’hui le fonds d’archives compte environ 3700 références. Les documents rassemblés vont de la fin du 18ème siècle à nos jours, couvrent tous les milieux sociaux, offrent un panorama humain d’une grande richesse et sont une source documentaire remarquable, notamment pour les chercheurs en Sciences Humaines.
Ce fonds est hébergé dans la ville d’Ambérieu-en-Bugey, dans l’Ain, à proximité de Lyon.

Les archives constituées par l’APA sont des archives vivantes. Les textes reçus font l’objet, avec l’accord de leurs déposants, d’un écho de lecture et d’une indexation. Ils sont mis à disposition de tous dans les volumes du Garde-mémoire et sur le site internet de l’association. Les textes eux-mêmes sont consultables à Ambérieu. Certains d’entre eux sont également disponibles pour les lecteurs dans quelques bibliothèques publiques partenaires, les Prête-mémoire. Les richesses du fonds sont mises en avant dans diverses manifestations ou lectures publiques ainsi que dans les publications de l’APA, notamment dans les Cahiers de relecture thématique du fonds.
L’APA considérant sa mission comme de service public, toutes les actions de collecte, d’archivage et de mise à disposition du fonds sont totalement gratuites pour leurs utilisateurs.

L’APA est également un acteur culturel dans le champ de l’autobiographie :

Elle organise de nombreuses activités d’études, d’échanges et de rencontres : Les Journées de l’Autobiographie sur un week-end tous les ans dans diverses villes (25 éditions), des Tables rondes, également annuelles, à Paris (26 éditions), des Matinées du Journal ou d’autres manifestations (2 à 3 fois par an) ; Elle organise ou participe à des expositions, comme celle qui s’est tenue en 1997 sur le Journal intime à la Bibliothèque municipale de Lyon ; Elle participe à des manifestations culturelles en partenariat, comme le récent Festival du Journal intime (Paris, 2017) ; Elle contribue à des actions de formation avec des enseignants ou à des activités autour de l’écriture autobiographique dans le monde scolaire comme les Journées de l’autobiographie à l’école qui se sont tenues entre 2000 et 2013 dans l’Académie d’Aix-Marseille, en partenariat entre l’APA et le rectorat.
Toutes ces activités donnent lieu à de nombreuses publications : la revue La Faute à Rousseau, revue de l’autobiographie, paraît trois fois par an, chaque numéro est organisé autour d’un dossier thématique, 76 numéros parus ; les Garde-mémoire, catalogue raisonné du fonds, parution annuelle, 16 volumes parus ; les Cahiers de l’APA, qui offrent une mise en valeur thématique du fonds (cahiers de relecture) ou rendent compte des activités des groupes locaux ou thématiques, 65 numéros parus.
L’APA entretient des relations avec des organisations développant des problématiques analogues dans divers pays européens et fait partie de l’EDAC (European Diary Archives and Collections).
Pour mener à bien ses tâches l’APA s’appuie sur le réseau de ses adhérents (un peu plus de 500 dans les dernières années) et l’engagement de ses bénévoles actifs (environ 80, dans les instances de l’association, dans ses groupes de lecture et dans ses groupes locaux), et enfin sur le travail d’une salariée à temps plein à Ambérieu, en charge de la gestion quotidienne de l’association, de la réception, de l’archivage et de la circulation des textes, ainsi que de l’accueil des visiteurs.

http://autobiographie.sitapa.org