Florilettres

Agenda mars-avril 2022

édition mars 2022

édition mars 2022
Agenda

FILMS DOCUMENTAIRES

Alfred et Lucie Dreyfus
Je t’embrasse comme je t’aime
un film de Delphine Morel
Dimanche 3 avril à 22h30 sur France 5.

Prix au festival TV de Luchon, Prix du public et prix de l’originalité du sujet

Produit par Juliette Cazanave
Kepler22 Productions
& Novanima

Victime d’une machination au plus haut niveau de l’État-major, le capitaine Dreyfus est condamné en décembre 1894 à la déportation pour haute trahison. Sa femme Lucie passe un pacte avec lui : vivre, quoi qu’il en coûte, en attendant la réhabilitation. Pendant cinq années, les époux Dreyfus échangent des centaines de lettres qui mettent des mois à parvenir à leur destinataire. Ces lettres sont analysées, censurées, recopiées, arrêtées car l’administration est convaincue qu’elles cachent un code secret entre les époux. Elles deviennent une arme de survie pour Alfred. Elles sont au cœur d’un des grands événements contemporains, l’avènement des droits de l’homme.

Le documentaire (soutenu par la Fondation La Poste) sera diffusé
dimanche 3 avril à 22h30 sur France 5.

Extrait

..................................

Documentaire « Les Suppliques » de Jérôme Prieur
France Télévisions en 2022. La Générale de Production.

Documentaire de 65 mn réalisé par Jérôme Prieur diffusé sur France Télévisions en 2022 pour la commémoration du 80ème anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv’.
Ce documentaire s’approche, à travers un corpus de lettres (des suppliques envoyées au régime de Vichy) de l’imaginaire des familles juives face à la persécution entre 1940 et 1945. Ces centaines de lettres racontent le quotidien de ces familles, leurs espoirs et leurs attentes. Elles sont également riches d’enseignements sur la gestion bureaucratique de la persécution par le régime vichyste.
À partir de mars 1941 une instance spéciale est mise en place par Vichy, le Commissariat Général aux Questions Juives (CGQJ). Elle reçoit toutes les suppliques des Juifs qui voient leurs conditions de vie changer, et leurs libertés réduites. Ces lettres témoignent du quotidien des Juifs, des conséquences des décisions politiques, l’ostracisme et l’arbitraire qui les conduisent à la misère et à la ruine puis à la déportation. Elles sont les témoins de l’évolution de la persécution, ses processus et ses effets.
L’historien Laurent Joly a découvert ces suppliques lors de ses recherches doctorales, un corpus exceptionnel disséminé dans 47 cartons. Elles sont les témoignages sensibles d’une période historique souvent regardée à travers le prisme des institutions et des grands noms. Ces lettres rendent compte du détail des vies, des intérieurs. Chacune est un hommage à ces « vies minuscules » qui se débattent et se révoltent face à l’arbitraire. Les réponses de l’administration témoignent de la pleine responsabilité du régime dans la persécution. Ces lettres mises au jour par l’historien seront, pour beaucoup d’entre elles, pour la première fois présentées au public.
Jérôme Prieur, réalisateur expérimenté, sait mettre en valeur l’écrit et les récits intimes comme il l’a montré dans ses films Vivre dans l’Allemagne en guerre ou encore Le journal d’Hélène Berr.
Jérôme Prieur a remporté lundi 21 février 2022 le prix de la Meilleure œuvre française de documentaire 2021 pour VIVRE DANS L’ALLEMAGNE EN GUERRE
(diffusion France 5).

Les Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma et des films de Télévision récompensent le meilleur des ouvrages littéraires et DVDs de cinéma ainsi que les meilleures productions télévisuelles et cinématographiques de l’année.
https://www.fondationlaposte.org/projet/vivre-dans-lallemagne-en-guerre-un-film-de-jerome-prieur

 


THÉÂTRE / LECTURES

« Au bonheur des lettres »
Adaptation théâtrale des deux recueils éponymes.
Le 28 mars 2022 à 21h - Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris

Affiche du spectacle Au bonheur des lettres

Il s’agit de la première édition de l’événement « Au bonheur des lettres », adaptation pour la scène des deux recueils de lettres du même nom, publiés aux éditions du Sous-Sol. L’événement prendra la forme d’une soirée caritative au profit de l’association « Bibliothèques sans Frontières » qui facilite l’accès à l’éducation, à la culture et à l’information pour les personnes vulnérables.
L’association Auguri Lettra, l’agence La Bande Spectacle et les éditions du Sous-Sol s’allient pour proposer cette déclinaison française de « Letters live », adaptation théâtrale des recueils Letters of note de l’écrivain Shaun Usher.
En France, la collection « Au bonheur des lettres », publiée aux éditons du Sous-Sol offre une riche matière littéraire : des lettres intimes drôles, poignantes, étonnantes, écrites par des inconnus ou des personnalités du monde littéraire, musical ou historique (Albert Einstein, Virginia Woolf, Zelda Fitzgerald, John F. Kennedy, David Bowie, Charles Dickens, Groucho Marx, Janis Joplin, Jack L’Éventreur... ) et rassemblées par l’écrivain Shaun Usher.
Une première soirée aura lieu à Paris au Théâtre de la Porte Saint-Martin le 28 mars 2022, captation et discussions en cours avec France Télévisions, Radio France...
Ce projet fait le pari de mettre en lumière l’un des moyens de communication le plus ancien, la lettre, au travers d’une soirée théâtrale dont les bénéfices seront utilisés pour développer l’accès à la culture et aux mots pour les populations les plus défavorisées.
Les bénéfices seront intégralement reversés à l’association « Bibliothèques sans frontières ».
Théâtre de la Porte Saint-Martin, 75010 Paris
https://www.portestmartin.com/spectacle/piece/au-bonheur-des-lettres


FESTIVALS

Le Printemps des Poètes 2022, 24e édition
Du 12 au 28 mars 2022

Marraine : Golshifteh Farahani
Thème : L’éphémère

Affiche du Printemps des poètes, photo extraite du tout dernier spectacle de Pina Baush. : fond noir, danseuse en robe rouge portant un arbre sur son dos

Après Ernest Pignon-Ernest, Enki Bilal, Pierre Soulages et Sarah Moon, l’affiche de la 24e édition du Printemps des Poètes est signée Pina Bausch. Une somptueuse image extraite de son tout dernier spectacle : « ...como el musguito en la piedra, ay si, si, si... » créé au Tanztheater de Wuppertal quelques jours avant sa mort, le 30 juin 2009.
La danseuse Clémentine Deluy, née un 21 mars, n’en finit pas de traverser la scène en robe du soir, portant ce stupéfiant sac à dos à même ses épaules nues. Une photographie signée Laurent Philippe, qui a escorté l’immense chorégraphe allemande. La magie étant que celui qui a choisi d’immortaliser l’éphémère n’est autre que le fils de l’un des plus grands poètes, Ludovic Janvier.
L’ÉPHÉMÈRE
« Il en va des mots comme des chansons d’amour qui reviennent par surprise au détour d’une voix, d’un souvenir, d’une émotion. « J’ai pris la main d’une éphémère... » Dansait dans ma mémoire. Sans que je sache qui le premier, de Montand ou Ferré, avait semé ce trouble de l’étrangère en moi. Adolescents nous ne comprenions pas tout à cette romance des années
folles, ni même à ce poème que l’on disait roman inachevé, mais pressentions ce mystère de l’éternelle poésie » qu’Aragon dilapidait sans crier gare.
Une seule et unique voyelle, quatre fois invoquée, entre la fièvre, le murmure, la foudre, l’imaginaire, l’insaisissable, l’à-venir, l’impensé, le maternel, le fugace, la soif, l’énigme, le précaire, l’effervescence, le friable, l’envol, l’impermanence... Plus vaste que l’antique Carpe Diem et plus vital aussi, L’Éphémère n’est pas qu’un adjectif de peu d’espoir. C’est un surcroît
d’urgence, de chance et de vérité. Une prise de conscience toute personnelle et cependant universelle, comme un quatrain d’Omar Khayyam, un haïku d’hiver, un coquelicot soudain, une falaise à soi, un solstice d’été, un arbre déraciné ou la vingtaine de numéros d’une revue de poètes du siècle dernier.
Il est temps de sonder à nouveau L’Éphémère. De ne pas attendre à demain. De questionner ici et maintenant la part la plus fragile, la plus secrète, la plus inouïe de nos existences. »
SOPHIE NAULEAU - DIRECTRICE ARTISTIQUE
http//www.printempsdespoetes.com
Partenaire du Printemps des Poètes depuis 1999, la Fondation imprime des milliers de cartes poèmes pour célébrer cette grande manifestation poétique et inviter à l’écriture.


EXPOSITIONS

Courrier d'un interné des camps

« C’est demain que nous partons, du Vel d’hiv à Auschwitz, lettres d’internés »
Mémorial de la Shoah (FRUP)
De mars à novembre 2022

La Fondation soutient le catalogue.

À l’occasion du 80e anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv’, le Mémorial présentera pour la première fois une grande sélection de lettres des internés des camps de Drancy et du Loiret, dans son exposition C’est demain que nous partons. Du Vel’ d’Hiv’ à Auschwitz, lettres d’internés.
À partir de la fin de l’année 1940, des dizaines de milliers de Juifs se retrouvent enfermés dans les camps d’internement de la zone libre puis dans ceux de la zone occupée. Leur seul lien avec l’extérieur est alors la correspondance qu’ils peuvent parfois faire parvenir à leurs proches.
Avec le déclenchement de la « Solution finale» en 1942 et les déportations, ce fil ténu maintenu avec l’extérieur se transforme en adieux avant la déportation. Ces lettres constituent souvent les dernières traces laissées par les victimes à la veille de leur départ, ou même parfois écrites depuis les wagons qui les emmènent « vers l’Est ». Envoyées depuis les camps d’internement, depuis Drancy ou jetées des trains, ces billets et cartes postales sont les derniers mots des victimes de la Shoah parvenus à ceux qu’ils aimaient.
Traduits, retranscrits, les originaux et fac-similés seront étayés de photographies et d’objets liés à la correspondance. Des éléments historiques permettront de mettre en lumière l’importance de la correspondance dans la Shoah, pendant et après la guerre, et son rôle essentiel dans la transmission de la mémoire et de l’histoire du génocide des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Trésors des familles qui les ont confiées au Mémorial, ces lettres sont le témoignage bouleversant de l’humanité derrière les noms et les nombres. Écrites à Drancy et dans le Loiret, ces lettres reviennent, 80 ans plus tard, sur ces lieux de mémoire, pour témoigner, à travers leurs auteurs, de la Shoah en France. Une exposition, trois lieux : Cette exposition inédite se tiendra successivement : au Mémorial de la Shoah à Paris ; au Mémorial de Drancy ; à Orléans, au Cercil-Musée-Mémorial des enfants du Vél’ d’Hiv’.
Mémorial de la Shoah

....................................

Exposition « Hip-Hop 360 »
Du 17 décembre 2021 au 31 juillet 2022
Cité de la Musique Philharmonie de Paris

Affiche de l'expo HIp Hop 360, photo d'un danseur

La Philharmonie de Paris présente en décembre 2021 et pendant 6 mois une exposition retraçant 40 ans d’histoire du hip-hop. Avant d’être un phénomène de mode et de société, le hip-hop est d’abord un mouvement artistique d’une incroyable inventivité, qui a ouvert des horizons nouveaux à la musique et n’a cessé de renverser les barrières. Rap, graffiti, d-jaying, beatboxing, breakdance : toutes les nouvelles formes artistiques nées grâce à ce mouvement sont présentes au sein d’un parcours immersif, s’appuyant sur ses lieux et figures fondateurs.
Une section intitulée « Boxe avec les mots » est consacrée au rap et à la punchline, formes d’expression vivantes et en perpétuel renouvellement. Mettant en lumière la subtilité et la complexité des textes de rap, elle expose comment, par l’invention d’un nouveau rapport à l’écriture et à la syntaxe, une forme musicale désormais prédominante est née.
Mise en valeur du rap chansigné : notamment du fait de la rythmique et des fréquences sonores propres au rap, ce genre musical est particulièrement populaire parmi les personnes en situation de handicap auditif. C’est pourquoi la Philharmonie de Paris a souhaité mettre en valeur la pratique artistique du chansigné, laquelle consiste en l’interprétation par le corps et la langue des signes française d’une oeuvre musicale.
Au sein de l’espace « Boxe avec les mots » les visiteurs ont la possibilité de découvrir des morceaux chansignés produits et captés sous format vidéo spécifiquement pour l’exposition. L’expérience sensorielle est renforcée par la connexion d’un gilet vibrant subpac aux dispositifs d’écoute. (visioguide et gilet disponibles à l’accueil).
Le graffiti, art du XXe siècle qui a certainement le plus travaillé et révolutionné l’écriture et la calligraphie, est également mis en avant tout au long de l’exposition. Des esquisses jamais révélées des pionniers jusqu’aux fresques monumentales de Grems et de Mode 2 créées spécialement pour l’occasion : une immersion totale dans l’histoire du graffiti. Une scénographie très réussie.
https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/exposition/23375-hip-hop-360