Prochains Événements | Le chemin de fer du Yunnan | Fondation la poste

Chargement Événements
Le chemin de fer du Yunnan

Edition établie par Odile Bernard, Elisabeth Locard et Pierre Marbotte, d’après les correspondances et photographies d’Albert Marie et Georges-Auguste Marbotte.

Les aventures des deux “héros” de ce livre commencent en 1903 pour Georges-Auguste Marbotte et en 1904 pour Albert Marie. Elles ont pour cadre le Yunnan, province du sud-ouest de la Chine.

Cette région devient à ce moment-là le théâtre de l’un des projets les plus ambitieux de ce début de siècle : construire un chemin de fer qui relierait le Tonkin de la colonie indochinoise, jusqu’à la capitale du Yunnan. Tout concourt à en faire un projet fou : le climat avec parfois de fortes précipitations, le relief tourmenté par de hautes montagnes, l’approvisionnement des matériaux sur les chantiers car il n’y a ni route, ni voie navigable, uniquement des sentiers que seuls peuvent parcourir des porteurs ou de petits chevaux, enfin, le recrutement de la main d’œuvre qui se révèle compliqué – il y a finalement jusqu’à 60000 hommes recrutés sur le chantier.

Albert Marie, issu d’un père ingénieur des chemins de fer, accepte l’offre d’emploi de la Compagnie Française des Chemins de Fer de l’Indochine et du Yunnan : il embarque en juin 1904 pour le Yunnan où il reste jusqu’en mai 1907.

Georges-Auguste Marbotte, comptable passionné de photographie, à l’esprit aventureux, part pour la Chine en juillet 1903, alors que sa femme Blanche est enceinte, pour participer aux travaux logistiques, sur une autre section à laquelle est affecté Albert Marie.

À plus de 10 000 kilomètres de leurs terres natales, à une distance épistolaire de trois mois, tous deux entament une longue correspondance avec leur famille, pour évoquer le chantier et la vie en Chine. Ils accompagnent leurs courriers de photographies et parfois d’objets qui évoquent à leur manière les joies et les moments difficiles, loin de leur patrie.

C’est grâce à leurs descendants Elisabeth Locard, Odile Bernard et Pierre Marbotte, qui ont conservé les centaines de lettres échangées et plus de 1500 photographies et plaques de verres, que le Musée Guimet peut réaliser ce beau-livre. C’est un document historique de premier plan qui met aussi en valeur la grande qualité esthétique des fonds photographiques, notamment celui de Georges-Auguste Marbotte, dont le petit-fils a légué l’intégralité au Musée Guimet.

 

Editions Elytis

Détails

Date de début: 30 Sep 2016

Date de fin: 30 Sep 2016